Les Canadiens se demandent toujours qui va payer la télé sans frais

Campagne Stop The TV Tax - Pinocchio (Captures vidéo)

Campagne Stop The TV Tax - Pinocchio (Captures vidéo)

De prime à bord, on serait portés à croire que les Canadiens ne payent pas les programmes offerts par les chaînes locales.
En réalité, la plupart des chaînes canadiennes ne sont pas accessibles par voies hertziennes; elles ne peut être vues que par les abonnés du câble ou du satellite.

Les compagnies de câble comme Bell TV, facturent leurs abonnés pour divers programmes, y compris ceux produits par les chaînes locales comme CTV.
Selon CTV et d’autres réseaux locaux, Les compagnies de câble comme Bell TV ou Rogers ne payent aucun frais pour compenser la redistribution des émissions qu’ils financent de leurs propres poches.

Récemment, les chaînes locales ont fait savoir qu’elles veulent mettre fin à ce “piratage”. Elles entendent désormais facturer des frais aux compagnies de câble et de satellite en contrepartie des signaux qu’elles émettent. Les réseaux télévisés appellent ces frais, les “frais d’abonnement” mais l’industrie du câble les surnomme les “taxes pour la télé gratuite.

Qui paiera pour la gratuité?

Les chaînes télévisées locales d’un côté, et les compagnies de câble/satellite de l’autre, se crêpent le chignon pour décider qui doit payer les frais des taxes sur la télé.

Un avis de consultation a été ouvert par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), une a commission qui réglemente et supervise la radiodiffusion et les télécommunications canadiennes. Le CRTC tiendra une audience à ce sujet à compter du 7 décembre.

Entre temps, les chaînes de télé locales et les compagnies de câble/satellite ont lancé des campagnes de publicité pour rallier les Canadiens à leurs causes respectives.

D’un côté, les compagnies de câble/satellite maintiennent que si le CRTC autorise les taxes sur la télévision, les Canadiens en sortiront perdants. Selon des estimations, les Canadiens auront à payer 10$ de plus par mois sur leur facture de câble à cause de la “machine à fric” – comme ils l’appellent.

De l’autre côté, les chaînes de télé locales rendent publiques des chiffres alarmant qui témoignent de l’agonie de l’industrie de la télédiffusion. Les profits découlant de la publicité s’amincissent à cause de l’avancée de l’Internet, de la compétition des chaînes spécialisées. Un autre facteur est la possibilité de faire des avances rapides sur les publicités avec les enregistreurs vidéo. Pour maintenir leurs activités, ils proposent plusieurs mesures. L’une d’entre elles est d’imposer des frais aux compagnies de câble/satellite et non aux abonnés.

La manière dont les deux parties se descendent est similaire aux conflits reliés aux gardes d’enfants. Les enfants (les abonnés) sont déchirés quand ils ne savent pas s’ils doivent pencher du côté de leur mère (chaînes locales) ou de papa (les compagnies de câble/satellite).

Les compagnies de câble aux chaînes télévisées: Bande de menteurs à la “Pinocchio

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Rogers fait maintenant équipe avec Bell, son plus grand rival dans le monde de la télécommunication au Canada. Avec eux d’autres compagnies spécialisées dans le domaine, ils ont lancé la campagne, Stop The TV Tax (Empêchez les taxes sur la télé).

Dans un email envoyé à ses abonnés, Bell indique clairement que si le CRTC se plie aux exigence des chaînes locales, les factures de câbles seront salées.

Depuis le 1er septembre 2009, le CRTC exige des entreprises de télévision par satellite et des câblodistributeurs qu’ils lui versent plus de 100 millions de dollars par année. Ce montant vous est facturé en retour.
(…) Si le CRTC cède aux dernières demandes des radiodiffuseurs et permet aux stations de télévision locales de facturer l’accès à leurs signaux en direct, accès qui est présentement offert gratuitement, la portion de votre facture télé qui représente les frais exigés par le gouvernement sera au moins deux fois plus élevée – et l’argent sera versé dans les comptes de banque de radiodiffuseurs tels que CTV, Global et CBC/Radio-Canada.

Stop The TV Tax ne se contente pas d’armer les Canadiens d’arguments; la campagne les munie également de ressources pour contester les frais.
Via leur website, les visiteurs peuvent envoyer un message vidéo personnalisé au CRTC pour leur demander de ne pas accepter les taxes sur la télévision.

De plus, les compagnies de câbles ridiculisent les “chiffres alarmants” propagés par l’industrie de télédiffusion – qui est d’ailleurs représentée en Pinocchio dans une vidéo.

Les chaînes locales aux compagnies de câble: vaches volantes

Ivan Fecan, Président et PDG de CTVglobemedia, n’est pas très emballé par le fait que les compagnies de câble et de satellite mêlent les Canadiens à un problème qui ne relève que “d’une industrie à une autre”.

Cela n’a pas empêché les chaînes locales de créer un front commun pour modeler l’opinion publique. Ensemble, CTV, A, Global, CBC, and CHEK news, on lancé la campagne Local TV Matters (La télé locale compte). Leur principal objective est d’encourager les Canadiens à faire entendre leurs voix en défense de la télévision locale.

Les consommateurs payent déjà pour la télé locale. (…) les compagnies de câble et de satellite ont choisi d’intimider les consommateurs en augmentant les tarifs de base sur le câble avec des menaces d’y ajouter d’autres hausses de prix. Ce n’est pas juste pour le consommateur Canadien.

Sur le site www.localtvmatters.ca, les visiteurs peuvent se servir d’un formulaire pour écrire à leur député et inclure en CC le Ministre du Patrimoine Canadien James Moore et le Premier Ministre Stephen Harper.

Cette campagne vise à dépeindre l’industrie du câble comme les “mauvais gars”. Dans une de leurs affiches, ils soutiennent que les compagnies de câble essayent de manipuler le public en les faisant croire qu’ils auront à payer des frais qui figurent déjà sur leur facture.
Comme il le disent si bien, “ Dans le pays du câble, les vaches ont des ailes”.

Campagne Local TV Matters - Vache

Campagne Local TV Matters - Vache (cliquez sur la photo pour une vue agrandie)

Le CRTC: On veut entendre les Canadiens

Il y a trois jours, le CRTC à fait appel au public pour guider leur décision concernant les taxes sur la télé. Ils étudient plusieurs options, dont la possibilité d’initier des négociations entre les chaînes locales et les compagnies de câble et satellite. Les Canadiens sont priés de laisser des commentaires au www.television.askingCanadians.com jusqu’au 21 décembre. Lundi prochain, des audiences auront lieu à Gatineau, dans la Province du Québec.

Alors, à moins qu’il n’y ait un réel avantage à souligner, je ne crois pas qu’il soit utile de sonder 30 millions de Canadiens pour leur demander s’il aimerait payer plus pour quoi que se soit. – Mark Goldberg, analyste pour Telecom

.

Publicités
Tagué ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :